Imprimer

Vingt-neuvième Dimanche Ordinaire C

20 octobre 2019

 29e dim ord C

 

Première lecture

Lecture du livre de l’Exode

« Quand Moïse tenait la main levée, Israël était le plus fort. » (Ex 17, 8-13)

En ces jours-là, le peuple d’Israël marchait à travers le désert. Les Amalécites survinrent et attaquèrent Israël à Rephidim. Moïse dit alors à Josué : « Choisis des hommes, et va combattre les Amalécites. Moi, demain, je me tiendrai sur le sommet de la colline, le bâton de Dieu à la main. » Josué fit ce que Moïse avait dit : il mena le combat contre les Amalécites. Moïse, Aaron et Hour étaient montés au sommet de la colline. Quand Moïse tenait la main levée, Israël était le plus fort. Quand il la laissait retomber, Amalec était le plus fort. Mais les mains de Moïse s’alourdissaient ; on prit une pierre, on la plaça derrière lui, et il s’assit dessus. Aaron et Hour lui soutenaient les mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre. Ainsi les mains de Moïse restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil. Et Josué triompha des Amalécites au fil de l’épée.

 

Psaume

(Ps 120 (121), 1-2, 3-4, 5-6, 7-8)

R/ Le secours me viendra du Seigneur qui a fait le ciel et la terre.

 

Je lève les yeux vers les montagnes :

d’où le secours me viendra-t-il ?

Le secours me viendra du Seigneur

qui a fait le ciel et la terre.

 

Qu’il empêche ton pied de glisser,

qu’il ne dorme pas, ton gardien.

Non, il ne dort pas, ne sommeille pas,

le gardien d’Israël.

 

Le Seigneur, ton gardien, le Seigneur, ton ombrage,

se tient près de toi.

Le soleil, pendant le jour, ne pourra te frapper,

ni la lune, durant la nuit.

 

Le Seigneur te gardera de tout mal,

il gardera ta vie.

Le Seigneur te gardera, au départ et au retour,

maintenant, à jamais.

 

Deuxième lecture

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre à Timothée

« Grâce à l’Écriture, l’homme de Dieu sera accompli, équipé pour faire toute sorte de bien. » (2 Tm 3, 14 – 4, 2)

Bien-aimé,

demeure ferme dans ce que tu as appris : de cela tu as acquis la certitude, sachant bien de qui tu l’as appris. Depuis ton plus jeune âge, tu connais les Saintes Écritures : elles ont le pouvoir de te communiquer la sagesse, en vue du salut par la foi que nous avons en Jésus Christ. Toute l’Écriture est inspirée par Dieu ; elle est utile pour enseigner, dénoncer le mal, redresser, éduquer dans la justice ; grâce à elle, l’homme de Dieu sera accompli, équipé pour faire toute sorte de bien.

Devant Dieu, et devant le Christ Jésus qui va juger les vivants et les morts, je t’en conjure, au nom de sa Manifestation et de son Règne : proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, toujours avec patience et souci d’instruire.

 

Évangile

« Dieu fera justice à ses élus qui crient vers lui. » (Lc 18, 1-8)

 

Acclamation :

Alléluia. Alléluia. Elle est vivante, efficace, la parole de Dieu ; elle juge des intentions et des pensées du cœur. Alléluia[1].

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager : « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : Rends-moi justice contre mon adversaire. Longtemps il refusa ; puis il se dit : Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer. » Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

 

Textes liturgiques © AELF

www.aelf.org

 

Homélie

Prière et partage pour la Mission Universelle de l’Église

 

Sœurs et frères en Christ et Bien aimés de Dieu,

On entend souvent cette expression : « la mission est partout ». Ou encore : « tous missionnaires ». Je suis bien d’accord. Mais il ne faudrait pas utiliser ces termes pour camoufler nos paresses, nos peurs et notre suffisance.

Oui, de part notre baptême, nous sommes tous missionnaires. Le prêtre a fait cette belle prière à notre baptême, nous marquant de l’Huile Sainte : « tu fais partie maintenant de son peuple de prêtres, de prophètes et de rois ». Le prêtre est celui qui est chargé d’annoncer la Parole, de la célébrer et de donner les grâces de Dieu par les sacrements. Le laïc qui participe au sacerdoce de tout baptisé a donc cette obligation - ce n’est pas une option - d’annoncer l’Évangile et de le célébrer avec la communauté dont il dépend : sa  paroisse. Cette annonce et la célébration de la Parole commencent au sein de la famille : mes enfants, mes petits-enfants… La première annonce est l’exemplarité, la prière en famille, l’éducation à la conscience du bien et du mal, du beau et du bon. Or, une question se pose : comment se fait-il qu’un tiers de nos enfants soit exemptés de catéchèse ?

Le prophète est celui qui parle au nom de Dieu et qui rappelle à ses concitoyens la loi de Dieu et de l’Église. Il y a eu des manifestations nombreuses et bien réussies ces derniers mois, vous savez pourquoi... La famille et l’enfance sont menacés par des situations de non légalité ou des projets de lois allant contre la personne humaine. Des chrétiens et des personnes attachées aux valeurs de la famille se sont mobilisés. Notre Église a besoin de prophètes des temps modernes pour dénoncer toute déviation qui pourrait nuire à l’équilibre du couple et à l’épanouissement des enfants, de notre société et de l’Église.

Prêtre, prophète… et roi. Le roi est celui qui est au service de tous. L’Église a de tout temps développé le service des autres :œuvres caritatives, Caritas, Équipes St Vincent, CCFD et bien d’autres... La charité est le 11ième commandement. « Montre-moi ta foi qui n’a pas d’action », disent saint Jacques et saint Paul.

« La moisson est abondante »… D’abord ici, et encore ailleurs. Durant 34 ans, j’ai œuvré en pays de mission dans des secteurs de première évangélisation. Nous avons crée et mis sur pieds des communautés catéchuménales et chrétiennes, structurées avec des responsables laïcs, dont les catéchistes, afin qu’elles puissent vivre spirituellement et économiquement sans la présence des prêtres. Elles étaient merveilleuses de jeunesse et de vivacité. L’évangile pour tous, j’y crois ! Amen

Jacques NOIROT, sma

 

[1] Cf. He 4, 12.